De grands projets vont beaucoup nous occuper au Moyen-Orient

Le Journal de l’Aviation a rencontré François Lebailly, le directeur BL Projects & Services/Airlines de REEL, lors de la dernière édition du salon MRO Middle East qui s’est tenue à Dubaï au mois de février. L’occasion de découvrir les activités aéronautiques de ce groupe industriel français spécialisé dans les systèmes de levage et de manutention complexes.

Quelles sont les activités de Reel au niveau de l’aéronautique ?

La société REEL a été créée en 1946, nous avons fêté nos soixante-dix ans l’année dernière. C’est une société familiale basée près de Lyon avec 2000 collaborateurs dans le monde entier qui travaillent dans différents secteurs d’activité, dont l’aéronautique. Nous sommes concepteur, fabricant, installateur et maintenancier d’équipements d’accès aux avions. Nous travaillons par exemple avec Airbus sur tous les accès sur les lignes d’assemblage final depuis une vingtaine d’années. Nous avons démarré sur la chaîne d’assemblage de l’A340-500/600 à Toulouse puis sur celle de l’A380, et dernièrement REEL a été mandataire du contrat pour toute la ligne d’assemblage finale de l’A350. Nous travaillons également pour de nombreuses compagnies aériennes pour lesquelles nous fournissons tous les systèmes d’accès aux avions durant les opérations de maintenance ; C-Check, D-Check. Nous sommes aussi présents au niveau de la maintenance légère et la maintenance en piste avec les « ground support equipment » et « ground testing equipement ». Nous assurons aussi derrière toute la maintenance de nos équipements, avec généralement une permanence locale chez nos clients. Par exemple pour Airbus, nous disposons de plus de 200 personnes à temps complet pour les activités services.

Comment vous êtes-vous implanté au Moyen-Orient ?

Nous sommes implantés au Moyen-Orient depuis une dizaine d’années et de façon permanente depuis 5 ans sur Dubaï, mais aussi au Qatar et bientôt au Koweït. Nous avons des projets dans tous ces pays ainsi qu’au sultanat d’Oman. Chez Emirates, nous avons par exemple réalisé la salle de peinture. A Doha en revanche nous avons équipé l’ensemble des installations de maintenance du nouvel aéroport de Doha. Nous avons remporté le projet complet pour toute la partie « Docking Systems » de Qatar Airways, avec des baies de maintenance lourde pour les monocouloirs et les gros-porteurs allant jusqu’à l’A380, ainsi que toute la partie maintenance légère. Nous avons actuellement un gros projet à Mascate pour Oman Air, sur le nouvel aéroport, et nous travaillons aussi au Koweït où nous sommes en train d’équiper huit baies de maintenance. Kuwait Airways est en effet en train de recevoir ses nouveaux 777-300ER, les dix devant être livrés en juillet prochain. Nous étions présents chez les majors européennes, telles Air France ou British Airways mais depuis une dizaine d’années, nous constatons que le Moyen-Orient est vraiment devenu une importante zone d’activité. Nous avons commencé avec Emirates puis Qatar Airways, maintenant avec Oman air et Kuwait Airways, nous espérons bientôt avec Etihad. L’idée c’est de suivre le monde de la MRO en nous déplaçant vers l’est. Nous avons également développé des équipements pour la maintenance de moteurs, par exemple au niveau des « test cells » ou des systèmes de convoyage de moteurs. Nous avons travaillé à Hong Kong et nous sommes présents à CDG avec Air France. Nous travaillons aussi avec General Electric près de Cardiff. C’est une activité complémentaire pour la maintenance.

Cette activité au niveau des moteurs sera-elle amenée à davantage se développer ?

Nous essayons de développer cette activité de plus en plus, notamment au niveau des grands centres de MRO moteur effectivement. Le dernier projet était avec Air France et nous regardons aussi de plus en plus vers l’est, car c’est effectivement dans les dix prochaines années le secteur qui va très fortement se développer au niveau de la maintenance.

Le Moyen-Orient tire-t-il toujours la croissance au niveau des infrastructures de maintenance ?

C’est un peu moins vrai depuis l’année dernière, mais durant la période de 2007 à 2015, le centre de gravité était vraiment ici au Moyen-Orient. Cette croissance s’est un peu tassée l’année dernière et 2017 devrait encore être relativement calme. Nous espérons que les investissements qui ont été mis en stand-by dans la région vont reprendre à partir de l’année prochaine. Nous étions présents sur de nombreux projets qui ont été gelés à la fin 2015 et nous pensons qu’ils vont reprendre en 2018.

Dubaï se prépare à une importante transition de son trafic vers Dubai South au cours de la prochaine décennie, quelle opportunité cela représente pour vous ?

Oui, nous essayons de nous positionner sur les premiers projets qui commencent à apparaître sur l’aéroport de Dubai South. Nous sommes implantés à Dubaï, mais aussi à Jebel Ali. Nous espérons aussi venir à Abou Dhabi prochainement. Ce sont les gros projets de ces prochaines années qui, je l’espère, vont beaucoup nous occuper.

http://www.journal-aviation.com/actualites/35776-francois-lebailly-reel-de-grands-projets-vont-beaucoup-nous-occuper-au-moyen-orient

ITER : testing of overhead cranes started

European contractors successfully achieved an ITER Council milestone in June by making one part of the Assembly Hall

53ème édition du salon international de l’aéronautique et de l’espace

Le Salon du Bourget a de nouveau rencontré un franc succès

REEL récompensé du 1er prix du challenge QUALITE

Après le 1er prix Sécurité obtenu en 2013, cela concrétise les progrès réalisés dans les méthodes de travail.....

Inauguration de l’usine du futur Stelia : la contribution de REEL saluée.

REEL a très largement participé à la mise en œuvre de cette nouvelle usine, en fournissant la chaine Barque 11/12.

Rejoignez un groupe dynamique Reel recrute partout dans le monde